Le Danemark à l'honneur au musée Guggenheim de New York

Le Danemark à l'honneur au musée Guggenheim de New York

avril 21, 2018

L'artiste danois Danh Vo (né en 1975, Bà Rịa, Vietnam) dissèque les forces publiques et les désirs privés qui définissent l'expérience individuelle lors de son exposition se déroulant jusqu'au 9 mai au musée Guggenheim de New york.

 Son travail aborde des thèmes culturels et politiques d'envergure, mais les réfracte à travers des récits personnels intimes - ce que l'artiste appelle " les minuscules diasporas de la vie d'une personne ". Vus ensemble dans cette exposition, les sculptures, photographies et œuvres sur papier qu'il a créées au cours des quinze dernières années entourent un paradoxe central : que le moi est pluriel et intrinsèquement fluide, tout en étant influencé de manière décisive par des structures de pouvoir plus grandes.

Émergeant de relations personnelles et de rencontres fortuites, les projets de Vo prennent leur forme finale en tant qu'objets et images. La dernière lettre d'un fils d'un pays lointain, la montre-bracelet chérie d'un père, un certificat de mariage et un lustre scintillant deviennent des conduits chargés d'histoire et d'identité.

Vo présente parfois ces éléments intacts, permettant à leurs contradictions internes de s'effilocher tranquillement par un simple acte de recontextualisation. D'autres sont démembrés ou combinés avec de nouveaux partenaires dans une compression vivante de thèmes et d'époques. Dans cette approche, l'histoire de la famille de l'artiste - qui s'étend du Vietnam en temps de guerre jusqu'à l'Europe en passant par les déplacements et l'immigration - est utilisée comme un matériau prêt à l'emploi comme tout autre, s'entrelaçant avec les nombreuses vies et morts qui s'étendent sur plusieurs siècles et continents et qui sont évoquées au cours de l'exposition.




Laisser un commentaire